LES INSOUMIS - #1 • Alexandra Bracken

août 01, 2014

Auteur : Alexandra Bracken
Titre Original : The Darkest Minds
Pages :
Edition : La Martinière Jeunesse
THE DARKEST MINDS

Depuis que le virus l’a touchée, Ruby est télépathe et capable de manipuler la mémoire d’autrui. En tant que telle, elle aurait dû être éliminée par les autorités sanitaires. Mais grâce à son pouvoir, elle a pu intégrer un camp réservé aux cas les moins dangereux. Six ans plus tard, Ruby parvient à s’échapper et rejoint un groupe d’adolescents en cavale menés par Liam. Ensemble, ils rejoignent East River, une communauté d’adolescents où chacun s’épanouit en apprenant à utiliser ses pouvoirs.
D’abord séduite par l’insouciante qui règne à East-River, Ruby ne tarde pas à comprendre qu’elle et ses amis y sont en réalité menacés. Pour sauver leurs vies, et notamment celle de Liam, dont elle est tombée amoureuse, Ruby devra compter sur des alliés inattendus et prendre le risque de perdre ce qu’elle a de plus cher….





Ils avaient accueilli un montre en croyant que c'était une souris. 


Je tiens d'abord à préciser que j'ai lu le livre en vf. Si j'ai mis ici la couverture de la version originale vo, c'est tout simplement parce qu'elle est bien plus belle que la couverture de l'édition vf (il faut l'avouer).

Les Insoumis est une dystopie 'classique'  qui se passe aux Etats-Unis avec un gouvernement manipulateur, des personnes triées selon leur aptitude, des 'rebelles', et tout ce que l'on peut avoir l'habitude de voir dans ce genre de trilogie. Bref, Alexandra Bracken a réuni ici tous les ingrédients pour nous concocter une bonne dystopie.

Cette trilogie était en tête de liste de ma PAL. Le monde dans lequel nous plonge Alexandra Bracken, d'après les résumés que j'ai pu lire, m'a beaucoup attiré. Bon, j'avoue qu'en ce moment je suis à fond dans le principe des maladies ou virus qui contaminent une partie de la population (comme dans "Nous étions les Hommes" de Giles Legardinier ou encore "Inferno" de Dan Brown). Ici, le virus NIAA touche uniquement les adolescents dès 10 ans (il me semble), et ce virus a tué 98% des ados des Etats-Unis, pour le reste, ils sont maintenant dotés d'un 'pouvoir' et isolés dans des camps. Ces ados enfermés dans les camps sont triés par couleur selon leur dangerosité : Vert, Bleu (télépathes), Jaune (électrokinésie), Orange (contrôle cérébral) et enfin, Rouge (pyrokinésie). Ils sont appelés la génération Psi. 

Ruby, la narratrice et personnage centrale de l'histoire, est une orange qui, au début de l'histoire, se sert de ses capacités pour ce faire passer pour une verte dans son Camp de Thurmond. Au début, on peut voir que pendant sa vie dans le camp, elle est terrifiée, elle a peur que quelqu'un la démasque et en plus elle ne contrôle pas ses capacités, ce qui lui rend vraiment la vie dure. J'avais du mal avec Ruby au tout début du livre parce que je la trouvais trop passive et lâche, laissant sa meilleure amie dans une mauvaise situation parce qu'elle n'osait pas répliquer. Certes, elle était terrifiée que son secret soit mis à jour, mais quand même. En plus, je dois avouer que j'étais un peu pommée au début. J'avais compris qu'elle avait fait quelque chose à ses parents, qu'il s'était passé quelque chose chez elle avant qu'elle soit amenée dans un camp, mais j'étais assez pommée environ le temps dans quatre premiers chapitres. Mais au fil de l'histoire, on voit Ruby qui évolue et on s'attache très facilement à elle, on apprend plus de choses sur sa vie pendant et avant Thurmond.

Ce que j'apprécie beaucoup avec le personnage de Ruby, c'est qu'elle est 'humaine'. J'entends pas là que ce n'est pas l'héroïne parfaite, sur d'elle, rebelle dès le début, hors des cases. Non, pas du tout. Comme je l'ai déjà dit, c'est une jeune qui est terrifiée. Elle doute, frôle parfois la paranoïa. Elle se considère elle-même comme un monstre, elle se fait horreur, par moment, elle se déteste même. Certaine répliques pourront un peu sembler clichées, mais ce n'est pas gênant. 

L'histoire décolle vraiment après l'évasion de Ruby, quand elle rencontre le petit groupe formé par Liam, Chubs et Zu, des Psi eux aussi évadés d'un camp. En s'intégrant dans le groupe, elle évolue et prend de l'assurance. Plus tard, elle fera même une rencontre qui lui permettra d'apprendre à dompter son aptitude. Les trois autres personnages principaux sont eux aussi très attachant. Tout comme pour Ruby, on apprend à les connaître et on se prend d'affection pour eux. De tous, je trouve quand même que Liam est le plus attachant (et pas seulement parce que ça a l'air d'être un beau blond aux yeux bleus, hein). C'est un personnage qui a un passé 'lourd' dont il n'est pas spécialement fier, mais il est très dévoué envers ses amis, il sera prêt à tout pour eux. C'est aussi sans surprise que l'on pourra voir le courant passer entre lui et Ruby. 

Au fil de l'histoire, on peut aussi voir la relation entre Chubs et Ruby évoluer. Au début, il ne voulait pas d'elle, puis le groupe devient comme une petite famille, ils se serrent les coudes dans leur recherche de l'Insaisissable et d'East River, ils traverseront les situations difficiles ensembles. A un moment, on pourrait être amené à penser qu'un pseudo triangle amoureux va naître entre Liam, Ruby et Clancy, mais tout ce que l'on pourra apprendre sur Clancy nous montrera le contraire. D'ailleurs, je trouve le personnage de Clancy Gray autant intéressent qu'il m'est aussi insupportable. A certains moments il peut se montrer charmant, comme pour d'autre, être des plus exécrable.

Au début du livre, on entend brièvement parler d'une organisation, "la Ligue des Enfants", mais plus tard, on en sait assez peu sur le fonctionnement de cette organisation, hormis le fait qu'ils recherchent Ruby. Ce n'est qu'à la fin du livre qu'on apprend que l'on en saura beaucoup plus sur la  « Ligue des Enfants » dans le tome 2. D'ailleurs, la fin de ce premier tome m'a vraiment donnée envie d'hurler un énorme "POURQUOI ?" et là, on peut être sûr qu'Alexandra Bracken a trouvé le moyen de nous pousser au meurtre pour avoir le tome 2 dans la seconde.

En résumé, Les Insoumis est un livre très agréable à lire, même si le début est un peu lent selon moi. Alexandra Bracken a un style d'écriture simple et fluide qui ne prend pas la tête. Une fois que l'action a démarrée, on ne lâche le livre sous aucun prétexte tant qu'on ne l'a pas fini. Après, on est près à tuer pour avoir la suite immédiatement. Je louchais sur ce livre depuis quelques temps et honnêtement je n'ai pas été déçue, ce livre est un véritable coup de cœur que je recommande !


COUP DE COEUR
 Give me one reason why we can't be together, and I'll give you a hundred why we can.

Vous aimerez peut-être...

0 commentaires

Merci pour vos commentaires ! ♥

Popular Posts

CHALLENGES

2016 Reading Challenge

2016 Reading Challenge
Victoria has read 5 books toward her goal of 60 books.
hide